Les mains obscures de l’oubli

Un polar à l’ancienne entre Marseille et le Pays basque |

Toinou est un truand à l’ancienne, respectant un code d’honneur et ses engagements. Alors lorsqu’il sort de prison après 30 ans de cabane, condamné en couvrant sa « famille » mafieuse, il compte bien honorer un contrat qu’il avait accepté il y a maintenant 3 décennies. Notre héros part à la recherche du terroriste basque « Itzala ». Il veut l’exécuter.

Ce polard noir et ultra réaliste nous embarque sur les chemins du nationalisme basque dépeint ici comme une sorte de xénophobie basée sur la psychologie de la haine et de la terreur de ses supposés ennemis. Une enquête politique bien renseignée et développée qui nous fait traverser une partie de l’Histoire récente.

Les auteurs ont construit un personnage fort et travaillé. Un homme solitaire dont la devise est « ni père, ni patron, ni patrie ». L’état d’esprit de ce personnage « old school » imprègne également l’ambiance de la BD. Le trait est rugueux et réaliste. Les couleurs plutôt sombres participent à la noirceur et à la tension de l’enquête.

Voilà un bon polar à l’ancienne.

note : 7/10
scnénario : Felipe Cava
dessin : Bartolomé Segui
edition : Dargaud
en savoir plus

couverture_big Mains page-6 PlancheS_42491

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :