Blast

Une ambiance lourde et des dessins charbonneux –

Polsa Mancini est gras, sale et fou. Contraint dans un corps accablant, il s’est résigné à une vie de renoncement jusqu’à ce qu’il fasse l’expérience du blast. Une sorte de révélation de l’esprit qui l’a sérieusement perturbé et qui l’a conduit dans une salle d’interrogatoire, face à deux policiers.

L’enquête policière est un prétexte pour dérouler le récit du personnage. Il se raconte au grès de ses élucubrations et décrit son voyage de solitude et d’ivresse, « les plus beaux mois de son existence ».

Les personnages sont laids et l’ambiance m’a semblé lourde, voire malsaine. Les dessins sont très noirs, charbonneux. Seules les planches illustrant le phénomène du blast sont colorées même s’il s’agit, pour moi, d’une cacophonie de dessins et de couleurs.

Vous l’aurez compris, « Blast » est une BD très torturée à laquelle je n’ai pas été sensible.

note : 1,5/5
scénario et dessin : Manu Larcenet
en savoir plus

   

2 Commentaires

  1. Précision ; les dessins illustrant le Blast ont été faits par la fille de Manu Larcenet qui est manifestement un enfant en bas âge… Il a sans doute voulu faire plaisir à sa fille et/ou à lui même, mais certainement pas à ses lecteurs!

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :