Où le regard ne porte pas

Une ambiance estivale qui réchauffe le corps –

Barellito est une île italienne où le soleil est de plomb et l’ambiance estivale de bord de mer vous réchauffe le corps. Mais tout n’est pas rose sur ce caillou où les insulaires sont bien moins chaleureux que le climat. C’est ce que va découvrir une famille anglaise qui compte s’y installer pour le commerce de la pêche. Pendant que son père se heurte à des habitants inhospitaliers, William fait la rencontre de Lisa, Paulo et Nino. Ces 4 enfants semblent étrangement liés.

C’est dans le second et dernier tome – beaucoup moins léger et contemplatif – que l’intrigue livre tous ses secrets. William et ses 3 compères se retrouvent 20 ans plus tard pour une aventure qui les conduira, au nom de leur amitié, dans la forêt costaricienne.

Les aspects surnaturels de l’histoire n’emporteront pas tous les lecteurs ; certains passages m’ont laissé sur le quai. Mais « où le regard ne porte pas » n’en reste pas moins une BD très agréable. Un diptyque où j’ai été bercé par les décors méditerranéens dans le premier tome, et où le récit d’amitié du second chapitre m’a emmené. Une belle évasion.

note : 3/5
scénario : Georges Abolin et Olivier Pont dessin : Olivier Pont couleur :  Jean-Jacques Chagnaud en savoir plus 

  

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :